Marché ukrainien : c’est maintenant !

News Blog de l'Export

Marché ukrainien : c’est maintenant !

Marché ukrainien : c’est maintenant !


Le 14 décembre prochain, à Paris, Business France organisera un atelier d’informations consacré à l’Ukraine et à ses opportunités économiques. L’occasion pour les représentants officiels des deux pays de célébrer 25 ans de relations diplomatiques en présence des entreprises françaises, mais surtout de mettre en avant le potentiel économique important de l’Ukraine. Car si la crise économique avait été au cœur des échanges des précédentes années, l’année 2017 présente, elle, tous les signaux d’une reprise accélérée et de promesses fortes pour les investisseurs et exportateurs français.

LA REPRISE ECONOMIQUE EST AMORCEE
De fait, pour la première fois depuis 2009, la croissance du pays est repartie à la hausse en 2017 (2%) et les prévisions s’accroissent pour les années à venir : 3,2% en 2018, 4% en 2020. « L’année dernière, on a senti quelques frémissements mais c’est véritablement cette année que le processus s’est accéléré », confirme Alexis Struve, Directeur Business France pour l’Ukraine.
Les réformes engagées depuis 2014-15 ne sont pas étrangères à ce mouvement : pour assainir sa monnaie (le hryvnia) et redresser son PIB de façon structurelle, l’Ukraine s’est engagée dans un processus majeur de transformation de son économie : réforme des institutions bancaires, réforme dans le secteur de l’énergie, accord de libre-échange avec l’Union Européenne… avec des résultats certains dès 2017, et notamment la baisse importante de l’inflation (43% en 2015, 12% en 2016). Au total, on estime que ce mouvement de réformes serait comparable dans son ampleur à celui engagé 26 ans plus tôt lors de l’indépendance… un vrai changement structurel qui laisse entrevoir de nombreuses opportunités.


UN GROS MARCHE DE CONSOMMATION…
Car ce qui intéresse particulièrement les investisseurs et exportateurs étrangers, c’est le potentiel réellement attractif de la population ukrainienne, qui constitue un marché de consommation prometteur.
Avec ses 42 millions d’habitants, le pays présente en effet un potentiel de consommation intérieure longtemps sous-estimé en raison des fortes disparités de niveaux de vie observés dans la population. Le rattrapage opéré par la classe moyenne ces dernières années constitue un appel d’air important, notamment dans les centres urbains (Kiev, mais aussi Lviv, Odessa, Kharkiv, Dnipro) mais aussi les villes moyennes (ex : Vinnitsa). Les secteurs de la grande distribution, des produits pharmaceutiques ou de l’automobile sont ainsi des débouchés favorables pour les entreprises françaises : « Il y a vraiment une place à prendre et nous incitons les entreprises à ne pas attendre : c’est dès maintenant que les parts de marché se gagnent, insiste Alexis Struve ». De fait Business France accompagne de nombreux acteurs – notamment PME et ETI – dans la recherche de partenaires sur place, en lien avec les grands groupes emblématiques de l’écosystème français (ex : Auchan, qui a récemment doublé son parc de magasins sur place, Leroy-Merlin qui s’apprête à ouvrir un nouveau magasin…).


… ET DE MAIN D’OEUVRE
Au-delà de ce marché de consommation, l’Ukraine présente également un tissu de main d’œuvre particulièrement qualifiée, notamment dans les secteurs des nouvelles technologies, de la programmation et de l’ingénierie. Le taux d’alphabétisation est d’ailleurs un des plus élevés au monde (99%) et l’anglais de plus en plus courant dans le monde des affaires. Pour cette raison, de nombreux investisseurs étrangers commencent à envisager l’Ukraine pour l’installation de leurs filiales dans la région Europe de l’Est (Nexans vient ainsi de construire une nouvelle usine), y compris des startups qui voient d’un bon œil l’écosystème innovant de l’Ukraine (ex : Blablacar).


LA FRANCE, UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ – SURTOUT DANS LES SERVICES URBAINS
Pour les entreprises françaises, le marché ukrainien n’est d’ailleurs pas une découverte : la France est déjà le 5e investisseur direct du pays et le 9e exportateur, ce qui en fait un des partenaires privilégiés de l’Ukraine, avec une communauté déjà bien ancrée. Dans le domaine agricole où l’Ukraine excelle (1/4 des terres noires sont présentes sur le territoire !), des coopérations commencent à être envisagées entre grandes entreprises françaises et agroholdings ukrainiennes.
Au-delà, les exportateurs français n’ont pas attendu 2017 pour constater les retombées positives des réformes : en 2016, les exportations françaises vers l’Ukraine avaient déjà progressé de 23% ! Une tendance qui ne devrait pas faiblir dans les années à venir, bien au contraire…

Mais le plus gros potentiel de marché pour les investisseurs reste dans le secteur des services urbains (eaux, transports, déchets). Dans ce domaine, l’Ukraine bénéficie d’un potentiel déjà important (12 aéroports dans le pays, tissu portuaire de la Mer Noire et de la Mer d’Azov) mais les programmes d’investissements du FMI (17,5 milliards de dollars sur 4 ans) et de la BERD ont considérablement accéléré les perspectives pour les entreprises françaises, reconnues sur ces secteurs : « Plusieurs entreprises ont pu se positionner sur ces appels d’offres, explique Alexis Struve. Et nous les encourageons vraiment à être présentes dès le début de ce processus : nous les informons sur les projets en cours et leur trouvons les partenaires locaux les plus fiables… D’ailleurs nous avons de plus en plus de demandes, preuve que le potentiel de l’Ukraine commence à se faire remarquer ! ».

C’est parce que ce marché est en plein renouveau que Business France invite toutes les entreprises intéressées (PME, ETI, grands groupes) à se joindre à la journée du 14 décembre. L’occasion de rencontrer le tissu économique déjà présent et de bénéficier de conseils informés sur les perspectives de chaque secteur.
« De par son histoire récente et ses réformes engagées, l’Ukraine est désormais le 1er marché de rattrapage dans le voisinage de l’Union Européenne (seulement trois heures de Paris !). Il y a là les compétences, le marché, l’envie pour réussir. Pourquoi attendre et risquer de passer à côté ? » conclut Alexis Struve.

Pour s’informer ou s’inscrire à l’atelier : http://export.businessfrance.fr/programme-france/001PRG-25153+atelier-d-information-ukraine-2017.html


  • Publié le 03/11/2017
  • Catégorie: Europe