En Roumanie, les filiales françaises donnent une seconde vie aux V.I.E

News Blog de l'Export

En Roumanie, les filiales françaises donnent une seconde vie aux V.I.E

En Roumanie, les filiales françaises donnent une seconde vie aux V.I.E

 

Depuis 2014, le nombre de V.I.E en Roumanie a augmenté de 10% par an. Une hausse qui prouve l’engouement des entreprises françaises pour cette formule aux nombreux avantages.

 

Une formule en vogue. Avec 63 V.I.E en Roumanie, les filiales françaises semblent donner une seconde vie au Volontariat International en Entreprise sur place. Car, avec la crise économique de 2008, les entreprises françaises présentes en Roumanie ont boudé un temps les V.I.E avant d’y revenir.

 

« La Roumanie a beaucoup utilisé les V.I.E dans les années 2000, puis il y a eu la crise qui a clairement changé la donne. Mais depuis 2 ans, on constate une nette augmentation avec plus de 10% de V.I.E supplémentaires chaque année », indique Yann Frollo de Kerlivio, Directeur du bureau de Bucarest chez Business France.

 

Un attrait qui s’explique par le rattrapage économique du pays qui affiche une croissance de près de 4%, mais pas uniquement. « Ici, il y a un manque de compétences dans certains corps de métiers comme les ingénieurs, les analystes financiers ou même les architectes. C’est pour ce type de besoins que les filiales font appel à des V.I.E. » explique l’expert.

 

Des démarches administratives simplifiées

 

Avec plus de 2500 filiales françaises implantées en Roumanie, dont une grande partie des géants du CAC 40, les opportunités à saisir sont encore nombreuses. « C’est important de faire comprendre aux entreprises que cette formule est très avantageuse, sur tous points de vue. Un V.I.E ne signifie pas « premier emploi ». Souvent, ce sont de jeunes travailleurs qui ont déjà bénéficié d’une expérience professionnelle car la limite d’âge est fixée à 28 ans », ajoute Yann Frollo de Kerlivio.


Sans parler des avantages fiscaux que cela représente pour l’entreprise. La maison mère peut déduire les indemnités du V.I.E de son impôt sur les sociétés. Les PME quant à  elles, deviennent éligibles au crédit impôt export. « Ce qui peut freiner une entreprise ce sont les démarches administratives, mais chez Business France, nous nous chargeons de la plupart des démarches. Et concernant la Roumanie, les démarches sont assez faciles, ce qui représente un avantage non négligeable », assure-t-il.

  • Publié le 17/01/2017
  • Catégorie: Volontariat International en Entreprise (V.I.E)