En Allemagne, les Français ont des cartes à jouer dans l’industrie 4.0

News Blog de l'Export

En Allemagne, les Français ont des cartes à jouer dans l’industrie 4.0

En Allemagne, les Français ont des cartes à jouer dans l’industrie 4.0

Avec une soixantaine d’entreprises tricolores présentes lors de la Foire de Hanovre, Business France souligne le potentiel français dans l’industrie 4.0 Outre-Rhin. 

Le premier partenaire économique de la France. Le marché allemand fait figure d’Eldorado économique, la France est le 2ème client de l’Allemagne et son 3ème fournisseur. Outre la proximité des deux pays, le cadre juridique et les normes définis par l’Union Européenne rassurent les acteurs économiques allemands, qui préféreront échanger avec la France plutôt qu’avec des géants américains comme Google.


Les gouvernements français et allemands ont mis en place des structures, l’Alliance Industrie du Futur en France et la Plattform Industrie 4.0 en Allemagne pour coordonner la digitalisation de l’industrie. Et pour cause, le secteur est en pleine mutation : en France cela représente 78 % des dépenses en R&D. “La manière de produire change et l’Allemagne est le premier marché industriel européen. Les Allemands sont très demandeurs de solutions qui soutiendront leurs entreprises 4.0”, indique Eve Chapuis, Conseillère Export Industries Mécaniques chez Business France. 


Des entreprises françaises plus petites, mais plus réactives 


Réputées pour leur inventivité, les entreprises françaises ont favorisé le rayonnement de leur savoir-faire sur le plan international. “Elles proposent des solutions que les sociétés locales n’ont pas. Généralement, nos entreprises sont plus petites que leurs voisines. En ce sens, elles peuvent être beaucoup plus réactives que des grands groupes. En revanche, certaines étapes primordiales doivent être réalisées avant de démarrer une activité à l’export”, poursuit la Conseillère. 


Car, être voisins ne signifie pas pratiques identiques, au contraire ! Bénéficier du soutien d’un agent local est fortement recommandé, tout comme la mise en ligne d’un site internet en allemand ou la création d’un bureau sur place. “Tous ces indicateurs démontrent la motivation d’une entreprise à s’adapter au marché”, assure Eve Chapuis. 


“Le suivi commercial est essentiel après une première prise de contact”


Entrer sur un marché l’étranger est un travail de longue haleine. Après une première prise de contact, par exemple lors d’un salon, la pérennité des échanges est essentielle. “Si vous ne faites pas de suivi, la participation à l’événement aura été une démarche peu rentable. Il faut entretenir des contacts réguliers avec ses potentiels partenaires. Les entreprises allemandes rencontrent leurs partenaires lorsque la décision d’entreprendre a été prise et qu’il y a un véritable projet”, explique l’experte. 


Avec une trentaine d’exposants sur le stand Créative Industry, Business France fait rayonner l’offre française dans l’industrie 4.0, au même titre que les précurseurs japonais et les américains. Venez les retrouver lors de la journée franco-allemande !

  • Publié le 20/04/2017
  • Catégorie: Europe